6 bonnes raisons de devenir auto-entrepreneur

Entreprendre | 0 commentaires

Accueil - 6 bonnes raisons de devenir auto-entrepreneur

Devenir auto-entrepreneur

De plus en plus de français souhaitent changer de travail ou encore devenir leur propre patron en montant leur société. Ainsi, avec pas moins de 641 500 auto-entreprises créées en 2021 selon le site “Portail Autoentrepreneur”, le moins que l’on puisse dire, c’est que ces dernières ont le vent en poupe. Et la pandémie du Covid-19 n’y est pas pour rien. Avec plusieurs périodes de confinement et soumis à un chômage forcé, nombreux sont ceux qui ont commencé à repenser leur façon de travailler et se sont pris à rêver d’ailleurs. Au total, plus de 64,4% des entreprises individuelles en 2021 n’étaient autres que des auto-entreprises toujours selon le site français « Portail Entrepreneur ». Un pourcentage considérable qui atteste de l’essor de cette nouvelle pratique et qui instaure une nouvelle façon de concevoir son métier. Phénix Concilium, votre organisme de formation certifié, vous donne 5 bonnes raisons de vous lancer dans l’auto-entreprenariat.

Facile : Des démarches administratives simplifiées

C’est l’une des principales raisons pour lesquelles les français décident d’être indépendants. Au total, deux ou trois clics suffisent pour s’inscrire en tant qu’auto-entrepreneur sur Internet. Il faut dire que toutes les démarches se font gratuitement en ligne de façon très simplifiée. Plusieurs sites français permettent ainsi de vous déclarer en tant qu’indépendant,  tels que l’URSSAF ou encore Guichet Entreprise.fr et cfe.metier.com. Une aubaine pour ceux qui souhaitent s’affranchir de contraintes administratives lourdes et coûteuses. 

Côté documents, votre pièce d’identité, une attestation sur l’honneur ou encore votre justificatif de domicile suffisent. Cependant, en fonction de l’activité que vous souhaitez exercer avec ce statut, plusieurs documents comme, par exemple, les diplômes, peuvent être requis. Cela évite que n’importe qui puisse faire, finalement, n’importe quoi et donc que votre parcours justifie votre activité. Et ce n’est pas plus mal ! 

Cependant, des choix restent primordiaux et à réaliser avec le plus grand soin quand on décide de s’inscrire en tant qu’auto-entrepreneur. Il s’agit alors de faire le bon choix pour sa méthode de paiement d’impôts et de cotisations sociales mais également de choisir l’option ou pas du régime EIRL par exemple. Autant de façons de bien sélectionner le régime idéal pour son auto-entreprise. 

Rapide : des déclarations allégées 

Si créer son entreprise ne nécessite aucun apport de capital, il faut également préciser qu’il est possible de payer sa déclaration d’impôts directement en ligne depuis son compte personnel URSSAF ou encore depuis son téléphone portable sur l’application. 

Aussi, il vous faudra uniquement tenir à jour un registre des recettes et des achats. Nul besoin de faire appel à un expert comptable à la fin du mois pour réaliser vos factures ou vos bilans, tout y est automatisé et simplifié directement en ligne. Une rapidité d’exécution qui ne manquera pas de vous dégager du temps supplémentaire pour vos autres tâches quotidiennes.

Peu coûteux : des exonérations et des aides financières 

Mais être auto-entrepreneur vous permet aussi de vous affranchir de certaines taxes françaises. Parmi elles, la TVA. Les auto-entrepreneurs bénéficient en effet du régime de franchise en base de TVA, ce qui signifie qu’en dessous d’un certain seuil, les entreprises n’ont pas à réaliser de déclaration de TVA. Il en est de 85 800€ pour les activités de vente et assimilés et de 34 400€ pour les prestations de service.  Donc si votre chiffre d’affaires ne dépasse pas ce montant, vous ne paierez donc pas de TVA. Pratique, n’est-ce pas ?

De plus, vous pourriez probablement être exonéré de la taxe du CFE. Mais qu’est-ce que c’est ? En fait, le CFE n’est autre que la Cotisation foncière des entreprises, c’est-à-dire un impôt local applicable à toute personne morale ou physique qui exerçant à titre habituel une activité professionnelle non salariée. A noter toutefois que depuis le 1er janvier 2019, les personnes ayant créé leur auto-entreprise et réalisant moins de 5000€ de chiffre d’affaires annuel ne sont pas assujetties à la CFE.  

Des aides financières sont également proposées aux français qui se lancent dans la folle aventure de l’auto-entreprise. Par exemple, la prime d’activité est disponible sous certaines conditions mais également la NACRE qui n’est autre que le Nouvel Accompagnement pour le Création ou la Reprise de l’Entreprise et donc qui accompagne les auto-entrepreneurs dans leur projet. Les personnes en situation de handicap peuvent également bénéficier d’une aide financière à hauteur de 5000€, plus connue sous le nom de l’AGEFIPH, ainsi que les femmes qui créent leur entreprise et qui se voient alors bénéficier d’une garantie pour obtenir un prêt bancaire. 

Libre : Devenir son propre patron !

Forcément, lorsqu’on se lance dans l’auto-entreprise, c’est avant tout pour devenir décisionnaire de ses heures et de son mode de travail ainsi que de son activité. Vous êtes libre puisque vous êtes votre propre patron !  

Puisque vous n’êtes pas soumis aux mêmes obligations qu’un salarié, vous devrez alors, comme dans toute activité, répondre à des devoirs mais surtout à des droits qui se verront alors considérablement élargis. Vous pouvez tout à fait vous organiser comme vous l’entendez et avoir votre propre façon de travailler, qui corresponde à vos valeurs, votre vision du travail bien fait et du respect humain. Cette même liberté pousse chaque année de nombreux français à se lancer dans la création de leur entreprise.

Enrichissant : Une possibilité de concilier plusieurs activités

C’est l’autre grand point important des avantages de la création d’entreprise. En fonction du profil métier que vous avez, vous pouvez tout à fait combiner plusieurs activités entre elles, à votre guise ! Vous pourrez ainsi avoir plusieurs casquettes et vous générer autant de sources de revenu que vous le souhaitez en vous constituant une base de plusieurs clients différents. 

Autre avantage considérable, vous pouvez aussi cumuler une activité d’indépendant avec une activité de salarié en CDD OU CDI par exemple. Il faudra toutefois faire preuve de vigilance et ne pas concurrencer l’activité professionnelle de votre employeur. Quoi qu’il en soit, les contrats de travail sont là pour nous rappeler les droits ainsi que les devoirs que nous avons vis-à-vis de ce dernier. De plus, les personnes au chômage disposent du droit d’exercer une activité d’auto-entrepreneur tout en touchant leur ARE. Une allocation chômage qui peut en revanche diminuer en fonction de votre chiffre d’affaires. 

Sans risque : L’idéal pour tester son projet d’entreprise

Pour les plus frileux, sachez que vous ne risquez rien en créant votre auto-entreprise, bien au contraire. En effet, si vous ne faites pas de chiffre d’affaires, vous ne serez assujetti à aucune cotisation, ni à aucune taxe. 

De plus, si on peut créer son entreprise en quelques clics sur Internet, sachez qu’il en est de même pour faire cesser son activité. C’est d’ailleurs l’un des principaux avantages de l’auto-entreprenariat ! Il est donc possible de faire arrêter cette dernière à tout moment, sans s’inquiéter d’aucune lourdeur administrative. Un statut sans engagement qui permet alors une certaine flexibilité.

Vous aussi, vous êtes séduits par les innombrables possibilités qu’offre l’auto-entreprise ? Vous souhaitez devenir votre propre patron ? Phénix Concilium vous accompagne dans vos démarches et vous apprend à devenir un bon auto-entrepreneur. N’hésitez pas à consulter notre formation éligible et financée par le CPF : “Devenir entrepreneur : Immersion à Dubaï” pour apprendre dans un cadre somptueux !